Sept ans après avoir commencé à m’intéresser au monde du bboying, j’ai décidé de lancer une initiative personnelle afin de rassembler les bboys et les bgirls du Québec pour pousser la scène du break. L’organisme à but non lucratif Québec B-Boys est alors né.

L’objectif était simple : faire rayonner les valeurs du bboying sous différentes formes, et c’est ce qui a été fait au cours des dernières années. Des démonstrations et des ateliers dans des maisons des jeunes pour motiver les jeunes à bouger, apprendre la discipline et la persévérance, et véhiculer les valeurs de la danse. Des compétitions de calibre international pour ramasser des fonds pour le centre de prévention du suicide (OD2007 et OD2009) (merci Alexis). Un événement rassembleur dont la première édition a eu lieu dans un sous-sol avec 50 danseurs jusqu’à devenir un événement de calibre international avec plus de 300 spectateurs et participants. Réussir à coordonner 6 compétitions à travers le Canada, quelque chose qui n’avait jamais été vu. La beauté de la collaboration de gens passionnés pour une cause (Don’t Break. DANCE!). Une représentation canadienne à IBE, compétition mondiale se tenant en Hollande (thanks Tyrone). BBQ, une marque de linge locale avec laquelle il était possible de ramasser des fonds pour financer des pratiques, la location de locaux et l’organisation de compétitions de qualité (merci Olivier). Encourager les talents locaux à l’aide de remises de bourses et de cachets pour pouvoir les aider financièrement à poursuivre leur passion.

11 ans de communauté.

L’expérience acquise à faire vivre un organisme à but non lucratif pendant onze ans est colossale. Tant au niveau de la gestion, de la politique, des finances, de la communication. On apprend énormément. Surtout dans le monde du break. Le plus difficile? Définitivement, rassembler tout le monde. Un paysage tissé de gens issus de milieux différents, de volontés différentes, d’égos différents, de visions différentes, voilà selon moi le plus grand défi à surmonter pour la communauté. Je crois réellement aux valeurs véhiculées par cette discipline et j’espère que la communauté saura faire les bons choix en fonction de la collectivité, et non pour des gains personnels.

Il me fait plaisir de profiter de l’occasion pour annoncer ma nomination sur le conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif Hit The Floor. Je souhaite utiliser cette opportunité pour promouvoir les valeurs du bboying et de la danse en général à un niveau supérieur, comme il a toujours été le cas via les Productions Québec B-Boys.

Durant ces 11 années, j’ai eu la chance de voyager à travers le monde, de rencontrer des gens passionnés et de créer des partenariats. Seul, il aurait été impossible de réaliser tous les accomplissements mentionnés plus haut. Je tiens donc à remercier une série de gens ayant permis de contribuer à l’essor du bboying au Québec…

Tout d’abord, je dois remercier l’instigateur de ma passion pour cette danse, Jean-François. C’est grâce à toi si j’ai pu découvrir cette discipline. Indirectement aussi, Emmanuel, fondateur du groupe Qc Roc et Guildo, fondateur du Studio Party Time, vous êtes aussi responsables de cette initiative.

Virgil et Louis-Olivier, mes premiers partenaires dans l’initiative.
Yvon, mon comptable préféré pour vaincre la paperasse du gouvernement.
Martin, mon chargé de projets préféré.
Jonathan et Derek, mes talents locaux porteurs de l’organisme.

Tous les bénévoles présents lors des événements et démonstrations.

Piecez, the biggest heart a man can have.
DJ Skeme, the most easy-going guy I know.
DJ Renegade, the grumpiest of all.

Je désire garder les dernières lignes de cette lettre pour ma deuxième famille sans qui je ne serais pas qui je suis aujourd’hui. Des gars qui m’ont fait vivre 11 années de folies, d’anecdotes, d’expériences complètement débiles: Qc Roc. Thanks guys.

Merci, Québec B-Boys. 2006-2017.

Bertrand Lirette alias Twister,
fondateur de l’organisme à but non lucratif Productions Québec B-Boys